• ,

50e du GTNO

GNWT 50

L’année 2017 marque une étape importante dans l’histoire des Territoires du Nord-Ouest : il y a 50 ans cette année, le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO) déménageait d’Ottawa, en Ontario, à Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest. La première séance du Conseil des TNO (la future Assemblée législative) a été tenue le 13 novembre 1967. Ce déménagement a non seulement permis de rapprocher de 3 086 kilomètres le GTNO du peuple qu’il dessert, il a également modifié la manière d’interagir des Ténois avec leur gouvernement. Depuis, les résidents du Nord participent à la vie civique et la façonnent afin qu’elle corresponde à leurs besoins et à leur réalité.

Pour marquer l’occasion, le GTNO lance une série de projets, notamment une page Facebook où les résidents actuels et passés peuvent publier des souvenirs et des anecdotes, ainsi qu’un projet commémoratif numérique. Pour en apprendre davantage au sujet de toutes les activités planifiées pour souligner le jubilé, cliquez ici.

Il s’agit également d’une étape importante pour la Ville de Yellowknife. En effet, le 1er mai 1967, elle devenait la capitale des Territoires du Nord-Ouest. Pour en apprendre davantage sur les festivités organisées par la ville pour souligner son anniversaire, cliquez ici

 •

Inauguration d’une exposition : Les gendarmes spéciaux des TNO

Banner

Yellowknife, le 4 août 2017 – C’est hier qu’a été inaugurée, au Centre du patrimoine septentrional Prince-de-Galles, une toute nouvelle exposition soulignant l’importance historique du travail accompli ici par les Autochtones aux côtés de la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Cette exposition, présentée dans le cadre du 150e anniversaire du Canada, est le fruit d’une collaboration entre le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest (GTNO), la GRC et les Ténois, qui y ont contribué par leurs récits.

L’exposition « Nous avons pris soin d’eux : les gendarmes spéciaux des TNO » rend hommage aux Autochtones qui ont travaillé comme gendarmes spéciaux dans la GRC, mais aussi aux couturières, aux guides et aux interprètes qui, en mettant leur talent et leur savoir inestimables au service du corps de police, ont permis de sauver bien des vies.

Cette activité s’inscrit dans la démarche de préservation, de mise en valeur et de promotion de notre patrimoine poursuivie par le GTNO.

Citations

« La mise en lumière de ce pan important de notre histoire, où des Autochtones ont travaillé main dans la main avec la GRC dès la naissance du pays, renforce les liens actuels importants entre la Gendarmerie et les collectivités qu’elle dessert. »
Louis Sebert, ministre de la Justice

« J’invite tous gendarmes spéciaux, les guides, les interprètes et les couturières des TNO qui ont travaillé pour la GRC – ainsi que leurs familles – à enrichir cette exposition de leurs témoignages. C’est en documentant, en commémorant et en faisant largement connaître l’apport exceptionnel des Ténois à l’histoire de notre territoire que nous pourrons nous l’approprier. »
Alfred Moses, ministre de l’Éducation, de la Culture et de la Formation

« La contribution des gendarmes spéciaux et de leurs conjoints et familles forme un chapitre important de l’histoire de la GRC et des Territoires du Nord-Ouest. Sans l’aide des Autochtones d’ici, nos chances de succès, et même de survie, auraient été minces. Je suis ravi qu’on raconte maintenant à tous cette histoire. »
Daniel Dubeau, commissaire intérimaire de la GRC

Faits en bref

  • Ces trois dernières années, de petites équipes de chercheurs ont parcouru les TNO pour recueillir et enregistrer les témoignages de familles et de gendarmes spéciaux, témoignages qui ont servi à tisser la trame de l’exposition.
  • Ces témoignages serviront également à créer, avec le soutien du ministère du Patrimoine canadien, six expositions itinérantes que la GRC utilisera dans son travail auprès des collectivités.
  • Plus tard cette année, une exposition interactive soulignant l’apport exceptionnel des Ténois à cette grande institution nationale qu’est la Gendarmerie royale du Canada sera également accessible en ligne.

Liens connexes

Ministère de la Justice
Ministère de l’Éducation, de la Culture et de la Formation
Gendarmerie Royale du Canada – Détachement de Yellowknife
Canada 150
Ministère du Patrimoine canadien

Personne-ressource pour les médias

Charlotte Digness
Coordonnatrice des médias et des communications
Communications du Conseil exécutif
Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest
Tél. : 867-767-9140, poste 11092
Courriel : charlotte_digness@gov.nt.ca

 •

Conseil des arts des TNO : Appel de projets pour 2017-2018

Arts Council logo

Demandes de subvention du Conseil des arts des TNO

Appel de projets pour 2017-2018

Pour présenter une demande en ligne ou pour télécharger le formulaire, consultez le www.nwtartscouncil.ca/fr/outils.asp.

Les artistes ou les organismes ténois qui souhaitent réaliser une oeuvre, un projet ou un évènement artistique particulier entre avril 2017 et avril 2018 peuvent obtenir une subvention.

Date limite : Le 28 février 2017

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec l’industrie de l’art du GTNO en composant sans frais le 1-877-445-2787, poste 3 ou en écrivant un courriel à :

 •

NOUVELLES PUBLICATIONS DE RECHERCHE

In 2016, the Cultural Places Program contributed significantly to the following new research publications:

Bison phylogeography constrains dispersal and viability of the Ice Free Corridor in western Canada

Proceedings of the National Academy of Sciences, 113 (29), pp. 8057–8063

The Ice Free Corridor has been invoked as a route for Pleistocene human and animal dispersals between eastern Beringia and more southerly areas of North America. Despite the significance of the corridor, there are limited data for when and how this corridor was used. Hypothetical uses of the corridor include: the first expansion of humans from Beringia into the Americas, northward postglacial expansions of fluted point technologies into Beringia, and continued use of the corridor as a contact route between the north and south. Here, we use radiocarbon dates and ancient mitochondrial DNA from late Pleistocene bison fossils to determine the chronology for when the corridor was open and viable for biotic dispersals. The corridor was closed after ∼23,000 until 13,400 calendar years ago (cal y BP), after which we find the first evidence, to our knowledge, that bison used this route to disperse from the south, and by 13,000 y from the north. Our chronology supports a habitable and traversable corridor by at least 13,000 cal y BP, just before the first appearance of Clovis technology in interior North America, and indicates that the corridor would not have been available for significantly earlier southward human dispersal. Following the opening of the corridor, multiple dispersals of human groups between Beringia and interior North America may have continued throughout the latest Pleistocene and early Holocene. Our results highlight the utility of phylogeographic analyses to test hypotheses about paleoecological history and the viability of dispersal routes over time.

The Precontact History of Subarctic Northwest Canada

In The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic. Friesen, Max; Mason, Owen (Ed.): 2016.

This chapter provides an overview of precontact hunter-gatherer land use in the Subarctic region of northwest Canada. The earliest evidence of human presence in this region is found in the unglaciated areas of Yukon Territory at Bluefish Caves and the Little John Site. The role of an ice-free corridor in the Mackenzie Valley in the dispersal of early peoples remains unclear. Caribou-hunting strategies are used as a theme to explore regional histories between 7,000 B.P. and the beginning of the historic period. Migratory tundra caribou were a focal resource for many hunter-gatherer societies in this region. The emerging archaeological record of alpine ice patches provides a unique view of hunter-gatherer land use in alpine regions. The archaeological record of the Mackenzie Valley is one of the poorest known in all of North America. Throughout, the chapter highlights the strengths and weaknesses of the Subarctic archaeological record for interpreting precontact land use.

Tertiary Hills Clinker in Alberta: A partially fused vesicular toolstone from the Mackenzie Basin of Northwest Territories, Canada

Back on the horse: Recent developments in archaeological and palaeontological research in Alberta, Archaeological Survey of Alberta, 2016.

This article is the first in the Alberta Lithic Reference Project series, the goal of which is to assist the identification of raw materials used for pre-contact stone tools in the province. Each article focuses on one raw material; the current article discusses a partially fused, glassy, vesicular rock that originates in Northwest Territories called Tertiary Hills Clinker (THC). THC appears in archaeological sites in northern and central Alberta. A suite of techniques indicates that it can be geochemically sourced much like obsidian. The accurate identification of THC can reveal significant relationships between occupants of Alberta and the Mackenzie Basin to the north.