Programme des lieux historiques

À propos de

TLe programme des lieux historiques, faisant partie de l’Initiative des lieux patrimoniaux, vise à documenter et à commémorer les lieux historiques et les paysages culturels des TNO. Les gens de partout au pays et du monde pourront consulter la liste des lieux historiques enregistrés des TNO dans le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux. Le site Web du Répertoire offre déjà la possibilité de parcourir les lieux historiques nationaux, territoriaux et municipaux reconnus et officiels, soit à l’aide de leur carte géographique soit de leur onglet respectif. Consultez le Répertoire canadien des lieux patrimoniaux pour en apprendre davantage sur les lieux historiques ténois et canadiens. Historic Places

Au sujet de lieux historiques des Territoires du Nord-Ouest

Les lieux historiques territoriaux sont des endroits et correspondent à des évènements auxquels nous rendons honneur en raison du lien particulier qu’ils établissent avec le passé des TNO. Ils représentent un phénomène, un parcours, une personne, un évènement ou un thème. Il s’agit d’endroits marquants où des gens ont vécu, trouvé la mort, voyagé ou travaillé; d’endroits où des rencontres ou des célébrations ont eu lieu, ou d’endroits où les chamans ont exercé leur influence sur la nature.

À compter de 2004, en vertu de notre engagement dans l’Initiative des lieux patrimoniaux nationaux, le Service de toponymie des TNO a pris les mesures nécessaires pour relancer le programme des lieux historiques. Entre 2004 et 2009, le Service a soutenu 29 projets dans treize collectivités. Dix premiers lieux historiques des Territoires du Nord-Ouest ont ainsi été désignés.

Désignation d’un site historique

La désignation d’un lieu historique n’est qu’un acte commémoratif qui vise à préserver le patrimoine pour les générations présentes et futures. Elle ne donne lieu à aucun changement juridique ou foncier. Aux TNO, les lieux historiques peuvent être désignés par les gouvernements fédéral ou territorial, ou par une administration municipale.
Si vous avez des commentaires ou si vous souhaitez proposer un lieu historique, faites parvenir un courriel à culturalplaces@gov.nt.ca ou composez le 867-873-7368.

  • Tombes de baleiniers Site historique territorial

    Le cimetière se trouve à Balaena Bay dans la péninsule Perry.

  • Old Fort Reliance

    Construit et reconstruit plusieurs fois depuis 1833 à l’extrémité est du Grand lac des Esclaves.

  • Appel aux Shuhtagot’ine

    Le chef Albert Wright, des Shuhtagot’ine (Dénés montagnards), s’est rendu jusqu’à la rivière Keele en 1921 pour annoncer le traité no 11.

Proposition d’un lieu historique

Vous pouvez aussi présenter une proposition à l’aide du formulaire suivant :

Icon

Formulaire de proposition des sites historiques [FR]

Download 260.24 KB 518 downloads | téléchargements

Les guides qui suivent peuvent aussi être utiles pour vous aider à élaborer une proposition.

Icon

Guide to the Preparation of Statements of Significance [EN]

Download 1.12 MB 972 downloads | téléchargements

Icon

Living with the Land: A Manual for Documenting Cultural Landscapes in the Northwest Territories [EN]

Download 2.83 MB 1457 downloads | téléchargements

Carte

ROUGE – Lieux nationaux BLEU – Lieux territoriaux JAUNE – Lieux municipaux

chargement de la carte - veuillez patienter...

Ɂehdacho: 66.000000, -122.266701
Saoyú: 65.000000, -121.150002
L’église Notre-Dame-de-Bonne-Espérance: 66.251900, -128.643900
Pêches Dénées et des Vestiges du Fort Franklin: 65.198000, -123.446000
Fort McPherson: 67.437000, -134.883000
Sites de la mission Hay River: 60.812000, -115.787000
Sites archéologiques de Kittigazuit: 69.343000, -133.705000
Nagwichoonjik (fleuve Mackenzie): 67.207000, -132.944000
Site d’hivernage du rocher Parry: 74.775000, -110.649000
Fort Resolution: 61.155553, -113.646432
Ehdaa: 61.858929, -121.343294
Cimetière de la baie Back: 62.469743, -114.364867
Le magasin général Weaver and Devore: 62.464756, -114.350077
Hydrobase du Canadien Pacifique: 62.467121, -114.348335
La Maison des McPherson: 61.859405, -121.344232
Cabane Faille: 61.865278, -121.359167
Fireweed Studio: 62.453859, -114.377010
Le hangar de la Baie d’Hudson: 62.467049, -114.347837
L’entrepôt de la Compagnie de la Baie d’Hudson: 61.860556, -121.351389
La maison des Lafferty: 61.868889, -121.370278
Bâtiment de la banque de Toronto: 62.469985, -114.344472
La Vieille grange à Fort Simpson: 61.866667, -121.365278
Vieille école en rondins: 62.451984, -114.377135
Wildcat Café: 62.466593, -114.348867
Wildcat Café: 62.454583, -114.371389
Cairn du gendarme Millen: 67.657972, -135.759694
Fort Franklin: 65.198000, -123.446000
Camp Knut Lang: 68.006000, -135.065000
Nagwichoonjik (fleuve Mackenzie): 67.686944, -134.568333
Nataiinlaii: 67.333056, -134.863333
Vieille église anglicane de Tulita: 64.908333, -125.718333
Old Fort Reliance: 62.784105, -108.935458
Pokiak: 68.212000, -134.993000
Vik’ooyendik: 67.444000, -133.745000
Tombes de baleiniers: 70.039693, -124.943121
Paysage culturel d’Ehdiitat Gwich’in: 67.825000, -135.718889
Teetshik Goghaa: 67.528512, -133.853808
Khaii Luk tshik: 67.467392, -131.498103
Old Fort Providence: 62.284624, -114.099729
La première joute de hockey recensée aux Territoires du Nord-Ouest: 65.195773, -123.400851

Sites nationaux

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

Fort Reliance

Le lieu historique national du Canada Fort-Reliance est situé à l’extrémité est du Grand lac des Esclaves, près de l’embouchure de la rivière Lockhart, dans les Territoires du Nord-Ouest. Le fort est un site d’hivernage construit au début du XIXe siècle sur une terrasse surélevée couverte de verdure, en retrait de la rive du lac.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/PWS/G-1995-001: 2030

Archives des TNO/PWS/G-1995-001: 2030

Fort Resolution

Le lieu historique national du Canada Fort Resolution se trouve à Fort Resolution, une collectivité sur la rive sud-est du Grand lac des Esclaves aux Territoires du Nord-Ouest. Il s’agit d’une petite péninsule de forme rectangulaire où se trouvait, au début du 20e siècle, un poste de traite des fourrures et, par la suite, un magasin de la Compagnie de la Baie d’Hudson. Le fort d’origine n’existe plus. La reconnaissance historique de ce lieu porte sur l’empreinte historique irrégulière de 8,8 hectares du poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson telle qu’il l’était en 1895.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Fumoleau/N-1995-002: 7620

Archives des TNO/Fumoleau/N-1995-002: 7620

Ehdaa

Le lieu historique national d’Ehdaa, lieu de rencontre traditionnel des Dénés, est situé sur les plaines à l’extrémité sud-ouest de l’île Fort Simpson où se trouvent les installations construites à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II en 1987.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Lorenz Learmonth/N-1987-033: 0269

Archives des TNO/Lorenz Learmonth/N-1987-033: 0269

Site d’hivernage du rocher Parry

Le rocher Parry (Parry’s Rock) est un large rocher de grès d’environ 5,5 mètres de long et 3 mètres de haut, situé à Winter Harbour, dans l’île Melville, aux Territoires du Nord-Ouest (latitude 74°46’00” N., longitude 110°38’00” O.). Le sommet du rocher s’élève à 52 pieds au-dessus du niveau de la mer. Le rocher comporte plusieurs gravures ainsi qu’une plaque fixée en 1909.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de I. Kritsch/GSCI

courtoisie de I. Kritsch/GSCI

Nagwichoonjik (fleuve Mackenzie)

Le lieu historique national du Canada de Nagwichoonjik (le fleuve Mackenzie) consiste en un paysage culturel le long du tronçon du fleuve Mackenzie qui traverse le territoire traditionnel des Gwichya Gwich’in de Tsiigehtchic (autrefois Arctic Red River). Ce lieu historique s’étend sur 175 km, de la rivière Thunder, à la limite sud-ouest de leur pays, jusqu’à Point Separation, dans le delta du Mackenzie.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hart/Inuvialuit Social Development Program

courtoisie de E. Hart/Inuvialuit Social Development Program

Sites archéologiques de Kittigazuit

Le lieu historique national du Canada des Sites archéologiques de Kittigazuit est situé sur l’île de Kittigazuit, à l’embouchure du fleuve Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest. Le lieu, qui englobe le village actuel de Kitigaaryuk et une partie des terres environnantes, comprend divers éléments archéologiques, notamment les ruines de maisons d’hiver, une maison en bois rond et un hangar à glace effondrés, ainsi que les vestiges de l’ancien village de Kittigazuit.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/1979-004: 0015

Archives des TNO/1979-004: 0015

Sites de la mission Hay River

Le lieu historique national du Canada des Sites de la mission Hay River est situé sur le site de l’ancien village déné de la réserve des Dénés de Hay River, du côté est de la communauté de Hay River, qui elle-même constitue le point de départ de la navigation sur le fleuve Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest. Établi à la fin du XIXe siècle, le lieu comprend l’église anglicane St. Peter’s, l’église catholique Sainte-Anne et les vestiges de son presbytère, de même que leur cimetière respectif comportant des maisons des esprits.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/G-1995-001: 0193

Archives des TNO/G-1995-001: 0193

Fort McPherson

Le lieu historique national du Canada Fort McPherson se trouve dans un hameau à proximité de la route de Dempster, au centre de la région de la rivière Peel et du delta du Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest. Ce lieu consiste en un poste de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson, tel qu’il existait au XIXe siècle et au début du XXe siècle, et comprend des missions anglicanes et catholiques ainsi qu’un poste de la Royale gendarmerie à cheval du Nord-Ouest. La reconnaissance officielle s’applique à la communauté de Fort McPherson, cartographiée en 1898.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 2456

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 2456

Pêches Dénées et des Vestiges du Fort Franklin

Le lieu historique national du Canada des Pêches Dénées et des Vestiges du Fort Franklin est situé sur la rive ouest du Grand lac de l’Ours, dans le bassin hydrographique du fleuve Mackenzie, à 550 kilomètres au nord-ouest de Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest. Aujourd’hui situé dans la petite communauté de Délįne, le fort a d’abord été construit sur un site de pêche saisonnière traditionnelle de Délįne, le long du cours supérieur de la rivière de l’Ours. Le fort a servi de lieu d’hivernage pour un groupe d’hommes conduit par sir John Franklin qui, dès 1825, ont cartographié une partie du littoral arctique du Canada.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de Greg Yeoman/INAC

courtoisie de Greg Yeoman/INAC

Saoyú— Ɂehdacho

Le lieu historique national du Canada de Saoyú—Ɂehdacho, aussi appelé Sahoyue-Edacho (prononcé saw-you – eh-da-cho) est un vaste paysage culturel composé de deux péninsules, situé au sud de la limite forestière aux Territoires du Nord-Ouest. Les deux péninsules, Saoyú et Ɂehdacho, se jettent dans le Grand lac de l’Ours, de l’ouest et du sud. Les deux paysages s’élèvent graduellement et s’étendent sur plusieurs kilomètres, sur un plateau recouvert d’une forêt boréale claire. La reconnaissance officielle fait référence aux deux péninsules, une zone de 5 565 km carrés, et leurs éléments et bâtiments associés.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

L’église Notre-Dame-de-Bonne-Espérance

L’église Notre-Dame-de-Bonne Espérance est une petite église (45 pi sur 20 pi) en bois d’un seul étage, qui a été construite à la fin du XIXe siècle. Elle se dresse sur une falaise au-dessus du fleuve Mackenzie dans la communauté de Fort Good Hope. Sur l’un des côtés se trouve un cimetière connexe qui ne fait pas partie de la désignation. L’église est remarquable à cause de son décor intérieur peint. La désignation se rapporte à l’intérieur et à l’extérieur de l’église.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Sites territoriaux

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

Old Fort Reliance

Old Fort Reliance a été construit en 1833, à l’extrémité est du Grand lac des Esclaves et à proximité de l’embouchure de la rivière Lockhart, afin de servir de quartiers d’hiver à l’expédition terrestre vers l’Arctique de M. George Back. À l’époque, le campement regroupait une maison principale et de plus petites habitations, chacune couronnée d’une grosse cheminée de pierre et d’argile, ainsi qu’un observatoire destiné aux travaux scientifiques. Aujourd’hui, seulement des vestiges subsistent : les cheminées, les fosses d’entreposage et les traces sur le sol des habitations en rondins. Les Dénés Sułiné habitent et chassent dans la magnifique région du bras Est du Grand lac des Esclaves depuis des milliers d’années. Toutefois, au cours des deux derniers siècles, cette région, qui est aussi une porte d’entrée vers la toundra, a également attiré des explorateurs des quatre coins de la planète.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de R.B Troither/The Musk-Ox 1971

courtoisie de R.B Troither/The Musk-Ox 1971

Old Fort Providence

Les vestiges du poste de traite d’Old Fort Providence ont été découverts en 1969 lors de fouilles archéologiques près de la baie Wool, à l’extérieur de la baie de Yellowknife du Grand lac des Esclaves. Les ruines de quatre constructions sont réparties sur plus d’un hectare. Les bâtiments, fabriqués de rondins de conifères, étaient chauffés à l’aide d’un foyer de pierres. Trois de ces bâtiments servaient probablement d’habitation pour les hommes et le personnel alors que le quatrième, plus grand, servait sans doute de bâtiment principal pour le commerce des fourrures. Pour bâtir les habitations des hommes, on a eu recours à la technique de construction appelée poteaux sur sole (des soles forment une charpente sur laquelle reposent des poteaux verticaux). Les bâtiments du lieu patrimonial d’Old Fort Providence sont en ruine depuis longtemps. Aujourd’hui, la végétation les recouvre et seuls les foyers de pierres sont visibles.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 2456

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 2456

Fort Franklin

Les Dénés du Sahtu de la région du Sahtu (Grand lac de l’Ours) connaissent Fort Franklin sous le nom de Délįne (qui signifie « où l’eau coule »), situé à proximité de la collectivité qui porte aujourd’hui le même nom. Il s’agit d’un lieu de rassemblement vieux d’au moins 6000 ans. Les commerçants de fourrure l’appelaient pêcherie en raison de son importance comme source d’approvisionnement en nourriture pour les Dénés et pour eux-mêmes. Le capitaine John Franklin a établi un fort à cet emplacement lors de sa seconde expédition terrestre dans l’Arctique, de 1825 à 1827.

George Back à Fort Franklin, 1825

George Back à Fort Franklin, 1825

La première joute de hockey recensée aux Territoires du Nord-Ouest

Lors de sa seconde expédition terrestre dans l’Arctique, de 1825 à 1827, Sir John Franklin et son équipage ont hiverné à Fort Franklin (Délįne), près de l’embouchure de la rivière Bear, sur les rives du Grand lac de l’Ours, aux Territoires du Nord-Ouest. Pour se distraire durant leur séjour, les hommes ont pratiqué différentes activités. Ils ont notamment fait du patin et joué au hockey sur la glace. Le 20 octobre 1825, la première grosse tempête de neige de la saison a mis un terme à leurs activités sur glace. À cette date, Sir Franklin a inscrit ce qui suit dans son journal : « la première vraie tempête de neige s’est abattue sur nous et a sévi pendant 36 heures sans interruption. Bien que nous ayons dû mettre un terme au patinage et aux jeux sur glace du soir, nous n’avons pas manqué de nous réjouir, puisqu’il y a désormais assez de neige au sol pour effectuer nos déplacements ». Plus tard, dans une lettre adressée au géologue Roderick Murchison et datée du 6 novembre 1825, Sir Franklin a écrit ce qui suit : « nous nous efforçons de garder le moral, de demeurer en santé et de joindre l’utile à l’agréable en nous adonnant à diverses activités. Avant l’arrivée de la neige, le hockey sur glace était notre activité sportive du matin ». Bien qu’il soit clair, selon ces notes, que les hommes sous le commandement de Sir Franklin pratiquaient le patinage et le hockey en octobre 1825, on ignore s’ils patinaient au moment où ils jouaient au hockey, ou s’ils s’adonnaient séparément à ces sports à différents moments de la journée.

Chef Albert Wright avec pasteur anglican F. Clarke et sa femme (Archives des TNO/Métis Heritage Association/N-1992-084: 7/14)

Chef Albert Wright avec pasteur anglican F. Clarke et sa femme (Archives des TNO/Métis Heritage Association/N-1992-084: 7/14)

Appel aux Shuhtagot’ine

En 1921, Albert Wright, le chef des Shuhtagot’ine (Dénés montagnards), a négocié le Traité no 11 au nom des peuples autochtones qui participaient à la traite des fourrures à Fort Norman (Tulita). Après avoir établi les conditions du traité, le chef Wright a longé la rivière Keele à pied en laissant des messages pour indiquer aux Shuhtagot’ine de se rassembler à Tulita afin d’adopter le Traité. Tous les 30 kilomètres, il a gravé un message en écriture syllabique esclave sur un arbre qu’il ornementait de dessins d’animaux et d’autres symboles.

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

Vieille église anglicane de Tulita

La vieille église anglicane de Tulita (et son terrain) est un lieu historique désigné. Il s’agit d’un bâtiment en rondins sans étage recouvert d’un toit à deux versants et surmonté d’un clocher en bois.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Curtis Merrill/N-1992-192: 0037

Archives des TNO/Curtis Merrill/N-1992-192: 0037

Paysage culturel d’Ehdiitat Gwich’in

Les Ehdiitat Gwich’in du delta du Mackenzie ont habité sans interruption les régions du Chigwaazraii, du Sreih Nitsìk, du Ddhah Zhìt Han et du Eneekaii Han – Ehdiitat Gwich’in. Ce paysage culturel se trouve au sud-ouest d’Aklavik et englobe une partie des sommets imposants et des vallées profondes clairsemées d’arbres des monts Richardson. Le territoire s’étend, au sud, jusqu’à la rivière Rat et, à l’est, jusqu’au chenal Husky qui le rattache au delta du Mackenzie, ses nombreuses voies d’eau, ses quelques forêts d’épinettes et sa fondrière de mousse. Plusieurs éléments de cette région revêtent une signification culturelle. Comme le précise le plan d’aménagement du territoire gwich’in, le paysage culturel précité chevauche les zones de conservation de la rivière Rat, du chenal Huskey et de Black Mountain.

courtoisie de I. Kritsch/GSCI

courtoisie de I. Kritsch/GSCI

Teetshik Goghaa

Teetshik Goghaa, aussi connu sous le nom d’Old Arctic Red, est situé sur la rive est du fleuve Mackenzie, à 11 km en aval de l’actuelle collectivité de Tsiigehtchic. D’une superficie d’environ 3 km2, Teetshik Goghaa est le siège de l’une des premières missions catholiques romaines des environs. Avant l’arrivée des Européens, il s’agissait d’un lieu de rassemblement et de pêche estivale traditionnelle pour les Gwichya Gwich’in. Le toponyme Teetshik Goghaa se traduit par « faisceau de ruisseaux », en référence aux nombreux ruisseaux qui convergent près de cet endroit, pour se jeter dans le fleuve. De nos jours, les vestiges les plus manifestes laissés par des humains sont le vieux foyer en pierres des champs et plusieurs stèles funéraires en bois. Ce site archéologique enregistré chevauche partiellement la zone de conservation du patrimoine des Gwich’in H09.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 1269

Archives des TNO/Dept. of Info/G-1979-023: 1269

Khaii Luk Tshik

Khaii Luk Tshik, qui signifie « ruisseau pour la pêche d’hiver », se situe sur la rive nord du fleuve Mackenzie à environ 120 km en amont de Tsiigehtchic à l’endroit où le ruisseau Travaillant se jette dans le fleuve. Le lieu couvre une superficie de 200 hectares à l’embouchure du ruisseau. Khaii Luk Tshik, aussi connu sous le nom de « Travaillant Creek », était, au début du 20e siècle, une collectivité commerçante prospère et, dans les légendes, le point de départ d’un sentier ancestral vers les régions d’hivernage du nord. On y trouve six lieux archéologiques enregistrés, y compris les bâtiments et les tombes. On y a aussi découvert quelques lieux préhistoriques, mais ils demeurent inexplorés. Le lieu historique se trouve entièrement dans la zone de conservation du lac Travaillant, du fleuve Mackenzie et de la rivière Tree déterminée dans le plan d’aménagement du territoire des Gwich’in.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/R. Knights/N-1993-002: 0012

Archives des TNO/R. Knights/N-1993-002: 0012

Vik’ooyendik

Vik’ooyendik, aussi connu sous le nom de Church Hill, est une colline proéminente dans la collectivité de Tsiigehtchic surplombant le confluent de la rivière Arctic Red et du fleuve Mackenzie. Elle offre un panorama unique sur l’immensité de la région. De là, il est possible d’apercevoir l’amont de la rivière Arctic Red ainsi que l’amont et l’aval du fleuve Mackenzie. L’église et le cimetière du diocèse du Mackenzie, qui datent du 19e siècle, se trouve près du sommet de la colline où l’on peut apercevoir les « lits de corbeaux » : trois dépressions naturelles dans le sol le long de la rive escarpée de la rivière Arctic Red. Il s’agit d’un lieu étroitement lié aux légendes des Gwich’in. Des aînés ont déclaré récemment qu’en gwich’in, le mot Vik’ooyendik, dont on croyait le sens perdu, signifie « un point de vue sur une colline ». Le lieu historique, qui couvre une superficie de 1,3 hectare, comprend la propriété de l’église ainsi que la rive est de la rivière Arctic Red, à proximité.

courtoisie de M. Fafard/GSCI

courtoisie de M. Fafard/GSCI

Nataiinlaii

Le nom gwich’in Nataiinlaii, qui signifie « eau provenant de toutes les directions », désigne un paysage culturel sur la rivière Peel, à 13 km (8 milles) en amont de Fort McPherson. Ce lieu d’environ 30 km2 englobe la région adjacente au point de passage du traversier où une petite collectivité appelé Eight Miles s’est développée ainsi que la zone de la rivière Nataiinlaii en amont de la rivière. Ce paysage culturel, connu des Autochtones bien avant l’arrivée des Européens, est toujours habité, principalement par des aînés qui considèrent l’endroit comme leur chez-soi et qui y vivent encore selon un mode de vie traditionnel. Au point de passage du traversier, on remarque quelques cabanes en rondins des deux côtés de la rivière Peel, mais la principale concentration d’habitations se situe sur la rive est, au nord du ruisseau Nataiinlaii. Des routes en terre battue permettent d’atteindre ces campements. Partout, on peut y apercevoir des cordes de bois. La collectivité n’est par reliée au réseau électrique. Même si les structures actuelles se résument à des cabanes et à des hangars à poissons faits de rondins et de madriers, les vestiges d’anciennes tentes et cabanes demeurent visibles çà et là. Le secteur en amont de la rivière n’est plus exploité aujourd’hui, mais on peut y observer les fondations d’anciennes cabanes. Les contours d’un ninkahn (hutte de terre) ont aussi été découverts en 1996 et un entrepôt en rondins datant de 1945 est encore debout. Ce lieu historique chevauche partiellement la zone de conservation du patrimoine Gwich’in H10.

courtoisie de Sgt. M. Carpenter/RCMP

courtoisie de Sgt. M. Carpenter/GRC

Cairn du gendarme Millen

Le cairn, commémorant le décès du gendarme Millen de la GRC, se trouve sur les rives de la rivière Millen, un affluent de la rivière Rat, qui se jette dans le delta du Mackenzie, aux Territoires du Nord-Ouest. Une simple pyramide à trois côtés fabriquée de rondins, vieillis par les intempéries, repose dans une clairière bordée d’épinettes noires de la vallée fluviale étroite surmontée de saules et d’aulnes. Il s’agit d’un endroit isolé à 40 kilomètres au nord-ouest de Fort McPherson, la collectivité la plus près. Les collines environnantes surplombent le cairn d’une centaine de mètres.

Archives des TNO/Curtis Merrill/N-1992-192: 0040

Archives des TNO/Curtis Merrill/N-1992-192: 0040

Camp Knut Lang

Le Camp Knut Lang est associé à une phase économique important dans le développement des TNO, lorsque les commerçants indépendants comme Knut Lang a travaillé avec différents groupes locaux pour fournir des fourrures à l’industrie mondiale.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

Archives des TNO/Hunt/1979-062:0370

Archives des TNO/Hunt/1979-062:0370

Pokiak

Pokiak, aussi appelé Vieux-Aklavik, est situé au confluent du chenal Pokiak et du chenal Peel, dans le delta du fleuve Mackenzie, juste en face de la collectivité actuelle d’Aklavik (sur l’autre rive du chenal Peel). Ce lieu historique fait environ un tiers de kilomètre carré, sur la rive est du chenal Pokiak. Établi comme poste de traite en 1911, Pokiak fait maintenant partie d’Aklavik. On peut y observer les ruines ou les traces de 20 anciennes constructions, vestiges d’un petit peuplement autrefois florissant. S’y trouvaient alors des maisons, des cabanes, des entrepôts, des fumoirs ou des hangars à poissons, des magasins, des postes d’échanges commerciaux et même des moulins à scie. Aujourd’hui, il s’agit d’une aire de loisirs ou de pêche récréative peu fréquentée ainsi que du lieu de rassemblement lors du Pokiak River Music Festival, un festival de musique parfois organisé en été. Plus personne n’y habite en permanence.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de John R. Bockstoce

courtoisie de John R. Bockstoce

Tombes de baleiniers

Le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest a désigné comme lieu historique territorial les deux cimetières de baleiniers à Balaena Bay, dans la péninsule Perry. Deux panneaux de bois décorés s’y dressent et commémorent le décès de huit membres de l’équipage des baleiniers Grampus et Balaena en 1895-1896.

Sites municipaux

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Bureau de poste de Yellowknife

Le bureau de poste actuel de Yellowknife a ouvert ses portes le 30 avril 1956 alors que la ville commençait à se développer à l’extérieur de la vieille ville. Il est depuis et toujours au cœur de la vie sociale du centre-ville.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Wildcat Café

Construit en 1937 par Willie Wylie et Smokey Trout, le Wildcat Café est le plus ancien café de Yellowknife et demeure un endroit de prédilection pour les résidents et les visiteurs durant l’été. Le café a fermé ses portes en 1951, mais la ville l’a rénové et rouvert en 1979.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Vieille école en rondins

La première école de Yellowknife est l’un des établissements patrimoniaux les plus importants de la ville. Une compagnie minière l’a construite en 1937 et l’a louée à la commission locale de syndics qui l’a utilisée brièvement comme école avant la Seconde Guerre mondiale.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

La Vieille grange à Fort Simpson

La Vieille grange, construite vers 1920, se dresse sur une rue de gravier près d’un terrain de jeux communautaire, à l’extrémité nord du village de Fort Simpson. Le bâtiment, fabriqué en rondins, compte deux étages. La toiture à la Mansart a été rénovée en 1936. Seul le bâtiment est enregistré comme site historique. La valeur patrimoniale réside également dans le rôle qu’il a joué dans le cadre d’un projet de ferme expérimentale du ministère de l’Agriculture du Canada en 1947.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Bâtiment de la banque de Toronto

Le bâtiment de la banque de Toronto est un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife et se situe actuellement sur l’île Latham au 7, promenade Otto. Il s’agit d’un bâtiment sans étage recouvert d’un toit à quatre versants segmentés. La désignation patrimoniale ne s’applique qu’au bâtiment. D’abord construite sur la « Rock » comme petite résidence en 1939, la cabane en rondins est devenue la plus petite succursale de la banque de Toronto en 1944. Alan Lambert, qui a gravi les échelons pour finalement devenir président et directeur général de la Banque TD, a été l’un des directeurs de la succursale de Yellowknife.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

La maison des Lafferty

La maison des Lafferty est d’une maison carrée en rondins à étage mansardé qui a été construite en 1929. Elle est située à l’extrémité nord du village de Fort Simpson, près de la rivière. La désignation patrimoniale ne s’applique qu’au bâtiment. La valeur patrimoniale du lieu repose sur son lien ininterrompu avec la famille de pionniers. La famille métisse des Lafferty vit fièrement dans la région de Fort Simpson depuis 1790 et a longtemps participé au commerce des fourrures.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

L’entrepôt de la Compagnie de la Baie d’Hudson

Datant de 1935, le petit entrepôt de la Compagnie de la Baie d’Hudson est situé sur la promenade McKenzie sur le bord de la rivière à Fort Simpson. La désignation patrimoniale ne s’applique qu’au bâtiment. La valeur patrimoniale du hangar repose sur le fait que de tous les bâtiments originaux de la Compagnie de la Baie d’Hudson, il est le seul à avoir tenu le coup.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Le hangar de la Baie d’Hudson

Le hangar de la Compagnie de la Baie d’Hudson (et le terrain) est un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife. Il se trouve au 3501, chemin Wiley dans la vieille ville de Yellowknife. Il s’agit d’un bâtiment de deux étages. Les murs extérieurs sont recouverts de tuiles d’amiante doublées depuis par un revêtement métallique. Le terrain, d’environ un hectare, se trouve sur le bord de la baie Back sur le lot 1, bloc 2, plan 68 de la ville de Yellowknife. Grâce à tous les postes de traite de fourrures qu’elle a possédés aux TNO et ailleurs au Canada, la Compagnie de la Baie d’Hudson a détenu le quasi-monopole sur la traite de fourrures et de fournitures de tout genre pendant de nombreuses années.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Fireweed Studio

Le Fireweed Studio est un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife. Il s’agit d’un bâtiment en rondins pittoresque sans étage. En 1973, le personnel de la mine Giant l’a relocalisé au centre-ville de Yellowknife au 5210, 49e Avenue, où elle a servi de premier centre touristique. Son style de construction rappelle le style de cabanes que l’on trouvait dans les anciens camps miniers ténois.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

Cabane Faille

La cabane Faille se trouve au bord du fleuve Mackenzie près de l’extrémité nord de la collectivité de Fort Simpson. La désignation patrimoniale comprend la petite cabane en bois sans étage, les constructions connexes et le terrain. La cabane Faille tient sa valeur patrimoniale du fait qu’elle est le plus ancien bâtiment de Fort Simpson et de son lien avec Albert Faille, prospecteur et trappeur bien connu de la région de la Nahanni.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de T. Andrews/GTNO

courtoisie de T. Andrews/GTNO

La Maison des McPherson

La maison des McPherson, construite en 1936, est une habitation à étage mansardé en bois de brin surplombant les plaines papales, à Fort Simpson. La maison et son terrain sont désignés comme lieu patrimonial. Bien en vue au bord du fleuve à la limite sud du terrain de la Compagnie de la Baie d’Hudson à Fort Simpson, elle offre une vue imprenable sur le confluent du fleuve Mackenzie et de la rivière Liard, les deux couloirs de transports principaux de l’époque.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Hydrobase du Canadien Pacifique

L’hydrobase du Canadien Pacifique et son terrain constituent un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife. Il s’agit d’une construction à charpente de bois. Elle se trouve sur un grand terrain sur le bord du lac dans la vieille ville de Yellowknife.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Le magasin général Weaver and Devore

Le magasin général Weaver and Devore original est un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife. Il s’agit d’un bâtiment et d’un entrepôt en rondins recouverts de bardeaux en amiante et surmontés d’un toit à deux versants. La construction se situe dans la vieille ville de Yellowknife, en face du Weaver and Devore actuel. Maintenant, le bâtiment héberge le restaurant Bullock’s, qui sert de populaires poissons-frites.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

courtoisie de E. Hawkins/GTNO

Cimetière de la baie Back

Le cimetière de la baie Back, aussi connu sous le nom de Pioneer Graveyard, est un lieu patrimonial de la ville de Yellowknife se trouvant sur le bord de la ravine Jackfish, adjacente à la baie Back du Grand lac des Esclaves. Il compte 35 tombes qui datent d’entre 1938 et 1946. Il s’agit du premier cimetière de Yellowknife.

Répertoire canadien des lieux patrimoniaux »